bbbbbbbbbbbbbbbbbbbbb ffffffffffffffffffffffffffff
je vous regarde...

Rift Cichlid Africa

entete

Tropheus-bloat : les symptômes

Déroulement de la maladie

Tropheus-bloat se déroule selon un processus souvent décrit dans les témoignages et récits des amateurs qui, sous le choc, n’intègrent pas toujours leurs observations dans une description complète et dynamique. Or, identifier uniquement certains symptômes ne permet pas de confirmer la présence de Tropheus-bloat car certains signes sont communs à plusieurs pathologies.

C’est pourquoi nous présentons ci après une approche par étape de Tropheus-bloat ; ce déroulement général type de Tropheus-bloat (sans aucun traitement) permet de positionner les symptômes dans le temps et de repérer les stades critiques. Bien évidemment, ce cadre théorique peut différer de la réalité.

Stade  0 : tout va bien

Cette étape est plus importante qu’il n’y parait car, reconnaitre un groupe qui va bien permet, ensuite, de mieux identifier un dysfonctionnement potentiel.

Un groupe de Tropheus « en forme » se reconnait facilement avec un peu d’expérience (pour en savoir plus : ….). Cependant, dans certaines phases de la vie du groupe (par exemple à l’arrivée des poissons) l’amateur doit rester très vigilant car cette étape « tout va bien » est un véritable piège, Tropheus-bloat pouvant être quasiment « muet » au début.

Stade  1 : latence. Perte de dynamisme

Une observation attentive  montre que le groupe de Tropheus, au paravent très dynamique, présente une certaine apathie : les poissons ne se jettent plus sur la nourriture, les déplacements sont moins vifs et il existe même des Tropheus qui restent « sur place ». On « sent » que l’agressivité a baissé d’un cran alors que le comportement des  autres espèces présentes dans le bac n’a pas changé

Cette étape est trop rarement mise en évidence car elle demande une observation expérimentée ; elle doit être considérée comme le premier signe d’alerte, car le passage au stade  2 est souvent très rapide

Stade  2 : un premier poisson  s’isole sans raison apparente 

Alors que le reste du groupe a un comportement sans changement par rapport à l’étape précédente, un Tropheus du groupe s’isole d’un seul coup, ou tend à le faire sans raison apparente (incubation, poisson chassé) ; il vient manger mais sans appétit, il grignote ; il nage peu, cherche à se cacher, à se protéger. ; il peut se frotter sur le sable, notamment au niveau des branchies, et se dandine sur place. En général, il présente déjà une ventilation un peu plus rapide que la normale

Le passage à l’étape 3 peut prendre plus de temps que celui de 1 à 2 mais reste rapide

Remarque : ce stade est celui de l’incertitude,  de la suspicion car, plusieurs pathologies peuvent présenter les mêmes symptômes que Tropheus-bloat. En effet, plusieurs signes liés à des pathologie différentes de Tropheus-bloat,  peuvent  apparaitre :

Un gonflement fort et rapide, avec des écailles devenant comme « hérissées »

Un poisson présentant un ou deux yeux fortement gonflés

Remarque :

Très souvent, Tropheus-bloat se manifeste d’abord sur un adulte si le groupe comprend adultes et jeunes ;

Lorsqu’ils sont atteints, les jeunes (3-5 cm) ne présentent pas toujours les mêmes signes, et avec la même intensité que les adultes ; aux différents stades les signaux sont faibles (par exemple, pratiquement pas de gonflement) et ces jeunes poissons meurent sans doute d’épuisement

Stade  3 : rejet de nourriture et début du gonflement

Le comportement du  Tropheus atteint dans l’étape 2 évolue brusquement pour développer des signes tout à fait particuliers :

  • il a faim, vient chercher la nourriture, en prend un peu, puis recrache : très rapidement, le poisson va cesser de se nourrir mais son intérêt pour la nourriture va perdurer pendant plusieurs jours.
  • il peut avoir des « quintes de toux », secouer la tète latéralement comme s’il cherchait à expulser quelque chose de sa bouche (Konings)

il montre une  ventilation plus forte et un léger ballonnement peut apparaître.

Pendant ce temps, certains membres du groupe peuvent commencer à développer l’étape 2 mais, paradoxalement, le male dominant peut avoir toujours une forte activité sur ce groupe qui ne va pas bien.

Remarque : cette étape est celle de la confirmation de Tropheus-bloat, avec des signes tout à fait spécifiques comme le rejet de nourriture ou, ensuite, le refus. Elle constitue une alerte rouge pour l’amateur.

Stade  4 : atteinte progressive du groupe

 Les poisson atteints se tiennent maintenant à l’écart et ne se déplacent plus pour la nourriture

Physiquement, on peut constater :

  • des excréments filamenteux, blancs ou transparents
  • un assombrissement des couleurs
  • une augmentation relative du gonflement (mais sans hérissement des écailles)
  • parfois, une immobilisation de la pectorale droite
  • une hyper ventilation permanente

Le reste du groupe développe, progressivement, les étapes 2 et 3

Remarque : bien que le groupe soit largement touché, un male peut se montrer toujours tres actif et il peut même y avoir, dans une sorte d’instinct de survie, une incubation. Pour autant, l’amateur ne doit pas sous estimer la gravité de la situation. Paradoxalement, aucun signe n’est constaté sur les autres espèces du bac voire même sur une autre espèce de Tropheus si le bac en comprend plusieurs.

Stade  5 : les premiers morts

Le ou les poissons malades sont sur le sol (plus rarement près de la surface), relativement gonflés, épuisés, en hyper ventilation, les premiers poissons touchés meurent, très souvent avec la bouche fermée.

Les autres Tropheus du groupe sont pratiquement tous touchés, à des niveaux différents, mais un ou deux sujets peuvent encore avoir un comportement tout à fait normal. Aucun problème pour les autres espèces du bac ou pour une autre espèce de Tropheus

 

Stade  6 : fin du groupe

Sans action ni  traitement, les poissons meurent progressivement

Toutefois, il n’est pas rare de constater la survie de  quelques Tropheus, peu nombreux (2 ou 3)

Remarque : il existe des symptômes qui apparaissent très tôt après un choc, par ex arrivée des poissons ; le plus souvent, ces cas ne sont pas bien documentés (voir témoignages….) mais nous avons rencontré peu de cas ; dans la majorité des cas, nous pensons qu’il ne s’agit pas de Tropheus bloat mais il existe une interrogation : voir chap sur c’est quoi