je vous regarde...

Rift Cichlid Africa

entete

Cet article est intégré dans un thème général appelé “protection, du rêve à la réalité”; pour consulter la présentation du thème et sa composition, clic sur bouton vert ci-dessous. Les photos sont d’African diving sauf mention spéciale (clic pour agrandir). Merci de respecter les droits de diffusion et de copie textes, photos et vidéos (voir “A propos”, page d’accueil du site)

Des amoureux du lac et la protection des espèces

Magnus Karlsson et Mikael Karlsson (avec la complicité de Gérard Delfour)

On fait connaissance...

Gérard : Bonjour Magnus et Mikael ; Je suis très heureux que vous ayez accepté de participer à cet échange sur un complexe et délicat sujet : la protection des espèces de poissons d’ ornement dans le lac Tanganyika. Beaucoup de nos lecteurs vous connaissent probablement , mais pour les autres, pouvez-vous nous parler un peu de vous ?            

Magnus et Mikael : Nous travaillons avec les cichlidés du lac Tanganyika et du lac Malawi depuis 27 ans (Magnus, né en 1966) et 23 ans (Mikael, né en 1970). Notre passion pour les cichlidés et notre enthousiasme pour la nature ont été les raisons pour lesquelles nous avons quitté la Suède pour la Tanzanie, où nous avons vécu en permanence entre 1987 et 2011 (Magnus), et entre 1993 et ​​2011 (Mikael). En Tanzanie, notre activité principale était la collecte et l’exportation de poissons pour le commerce des poissons tropicaux à travers notre société African Diving Ltd. Avec une installation de 500 000 litres d’eau, notre siège social était situé à Msasani, Dar es Salaam. Une perspective soucieuse de l’environnement était un thème commun à toutes nos opérations. Une prise de conscience accrue de la biodiversité fragile des lacs nous a amenés au milieu des années 2000 à fermer nos activités de pêche commerciale, et l’accent a été mis sur les études écologiques. Ces dernières années, nous avons mené plusieurs expéditions sur le lac Tanganyika et le lac Malawi, qui ont permis de mieux comprendre les cichlidés et leur habitat naturel, y compris plusieurs nouvelles découvertes. Pour plus d’informations sur notre histoire, veuillez consulter Tanganika Magazyn, no. 26/2020, § 15.

Magnus Karlsson en 2007
Mikael Karlsson Cape Mpimbwen 2004
Jörgen Lundblad (co-fondateur d'African Diving) collectant des cichlidés gobies dans la partie sud de la baie de Kigoma en 1987.

Photo de gauche : Magnus Karlsson, après avoir fait du snorkeling à African Diving Fish Station en 2007. Lorsque nous ne plongeons pas avec un appareil photo, nous plongeons avec une lance (visible sur la photo) pour nous protéger des crocodiles. Depuis 1989, date à laquelle nous nous sommes installés pour la première fois dans la région, Udachi et la zone de la gare ont été des bastions pour les crocodiles et plusieurs accidents se sont produits au fil des ans, tant pour nous que pour les villageois voisins, dont une dizaine ont été mortels.

G:  Pourquoi cette attraction pour les poissons et le lac Tanganyika ?

M et M : Ayant grandi en Suède dans les années 70 et 80, nous avons gardé de nombreux poissons d’aquarium différents , au milieu des années 1980, principalement des cichlidés des lacs Tanganyika et Malawi, mais avant cela aussi des cichlidés d’Afrique de l’Ouest ainsi que d’Amérique du Sud et du Nord. A cette époque, Magnus et son ami d’enfance, Jörgen Lundblad (co-fondateur d’African Diving), avaient une salle d’élevage au sous-sol de la maison des parents de Jörgen, avec des aquariums totalisant 12 000 litres, et les poissons étant tous des cichlidés des lacs Tanganyika et Malawi.

 

G :  Lorsque vous avez démarré votre entreprise ( African Diving Ltd.) il y a plus de 30 ans  l’ une des activités était la collecte et l’exportation de poissons, puis vous avez arrêté  ; pourquoi cette décision surprenante alors que le marché était encore prometteur ?        

M et M : African Diving Ltd a été créée en 1987 et est toujours une société enregistrée en Tanzanie, mais actuellement sans activités commerciales d’exportation de poisson. Nous avons cessé d’exporter du poisson en 2004 (sans tenir compte d’une poignée d’expéditions annuelles entre 2005 et 2011) pour plusieurs raisons, dont le fait que nous ne voulions plus contribuer à la chute potentielle de ces merveilleux cichlidés et de leur environnement naturel. En général, les animaux sauvages, y compris les poissons, ne devraient pas être privés de leur liberté dans le seul but d’amuser l’homme. Il vaut mieux visiter ces beaux lacs (lacs Tanganyika et Malawi) si l’on veut découvrir la splendeur des poissons et autres animaux vivant dans les lacs. De cette façon, il y a moins de risques que des espèces soient menacées, voire éteintes.

African Diving station 1992
Station African Diving en 2007

G :   Pour nos lecteurs, pourriez-vous nous indiquer des vidéos ou des reportages dont vous êtes particulièrement fier, qui représentent qui vous êtes ?  

M et M : Il y a quatre (bientôt cinq) vidéos sur notre chaîne YouTube, plusieurs articles sur notre page blog, et de nombreux posts et photos sur notre page Facebook :

https://www.youtube.com/user/africandivingltd

https://blog.africandivingltd.com/

https://www.facebook.com/africandivingltd

En outre, plusieurs numéros du magazine polonais Tanganika Magazyn contiennent certains de nos articles les plus longs, voir, par exemple, nos. 18, 22 et 26.

G :  Vous avez aussi menées des études et recherches  ichtyologiques; quelques mots

M et M : Avec Sven O. Kullander et Michael Norén du suédois
Musée suédois d’histoire naturelle de Stockholm, nous avons décrit trois espces de cichlidés du lac  Tanganyika, toutes disponibles gratuitement
Télécharger:

Lepidiolamprologus kamambae
http://www.mapress.com/zootaxa/2012/f/zt03492p048.pdf

Neolamprologus timidus
http://pfeil-verlag.de/wp-content/uploads/2017/04/ief24_4_03.pdf

Chalinochromis cyanophleps
http://mapress.com/zootaxa/2014/f/zt03790p438.pdf

Spathodus sp. « Erythrodon Tembwe » de Tembwe, District de Moba, RD Congo, . Vue latérale/frontale de la bouche relativement large, avec de nombreuses dents en forme de spatule disposées sur une seule rangée dans la mâchoire supérieure et inférieure, typiques de Spathodus.
Ophthalmotilapia ventralis (from Kambwimba) has a narrower mouth with smaller teeth than O. sp. “Whitecap”,

G :  Gardez- vous du poisson à la maison ? Si oui, quoi ?  

M et M : Actuellement, nous ne gardons pas de poisson à la maison, mais certains des poissons que nous avons gardés récemment étaient Benthochromis tricoti, Neolamprologus timidus, N. brevis « Kushangaza », N. cylindricus « Izinga Island », N. sp. « Mwila », Chalinochromis cyanophleps, la forme orange de C. sp. « Bifrenatus Sud », Julidochromis sp. « Transcriptus Tanzania », et les hybrides Mabilibili Tropheus.

Quelques mots sur l'aquariophilie en Suède....

G :  Avant de parler du lac Tanganyika, pouvez-vous nous dire quelques mots sur l’aquariophilie en Suède ?   

M et M : En bref, certains des tout premiers cichlidés du lac Tanganyika et du Malawi ont été importés d’Allemagne en Suède par Ulf Johansson au début des années 1960, introduisant Tropheus duboisi, Julidochromis sp. « Ornatus Uvira » (appelé J. ornatus), Neolamprologus leleupi, Maylandia zebra, Melanochromis auratus et Labeotropheus fuelleborni aux amateurs nordiques et aux lecteurs du magazine Akvariet. Johansson, qui a tenu une animalerie à Göteborg (Högsbo Zoologiska) dans les années 1960, a été une source d’inspiration pour de nombreux aquariophiles suédois, ainsi que pour la fondation de la Nordic Cichlid Association (NCS) en 1967. Dès le début des années 1970 et environ 30 ans après, Marcus Zadenius a écrit environ un millier d’articles ou de textes plus petits sur les cichlidés du lac Tanganyika et du lac Malawi, d’abord dans Akvariet, puis dans Ciklidbladet (le magazine des membres de NCS), ce qui a entraîné un intérêt croissant pour ces cichlidés. Principalement dans les années 1990, Zadenius a introduit plusieurs de nos découvertes de cichlidés du lac Tanganyika et du Malawi à Akvariet et Ciklidbladet. La seconde moitié des années 1990 semble avoir été le pic d’intérêt pour ces cichlidés parmi les amateurs suédois. Au cours de la décennie suivante, de nombreux exportateurs en Afrique et importateurs en Suède ainsi que dans d’ autres pays européens ont cessé leurs activités, ce qui a bien sûr eu un effet négatif sur le passe-temps. Chaque fois qu’une entreprise ferme ses activités, moins d’attention et de commerce seront dirigés vers le domaine dans lequel l’entreprise était active. Lorsque African Diving a cessé ses exportations commerciales en 2004, nos concurrents étaient probablement heureux, mais se sont vite rendu compte qu’ils avaient perdu quelqu’un qui faisait la promotion de la même entreprise que la leur. Cependant, au cours des 10-15 dernières années, l’intérêt pour ces cichlidés en Suède augmente à nouveau, mais maintenant avec un accent clair sur la conservation. Nous pensons que les amateurs de toute l’Europe prennent leurs distances vis-à-vis de la surexploitation et d’autres irrégularités concernant la collecte des cichlidés du lac Tanganyika et du Malawi.

Musée suédois d'histoire naturelle ;

G : L’Europe du Nord est traditionnellement proche de la nature et de sa protection : y a – t – il un attrait pour les grands lacs africains ? Quel est le comportement des amateurs vis-à-vis de l’importation de poissons sauvages ?      

M et M : Les amateurs suédois et européens peuvent ne pas être complètement conscients de divers aspects du poisson sauvage, comme ne pas acheter de poisson collecté dans les parcs nationaux, où il est strictement interdit de collecter du poisson (ou d’autres animaux et plantes), tels que Tropheus sp. « Doubleblot/Kirschfleck » dans le parc national des monts Mahale, en Tanzanie, qui ne se  reproduit que dans les limites du parc. De nombreux amateurs en Europe demandent, ou du moins préfèrent, du poisson sauvage, même s’ils n’ont pas vraiment besoin de poisson sauvage. Cela semble être une question de statut et de prestige. Bien sûr, ces amateurs seraient très bien avec les poissons d’élevage, soit élevés localement dans le pays des amateurs, soit élevés sur les bords les lacs. En général, la plupart des amateurs ne sont pas conscients des difficultés rencontrées par les plongeurs qui collectent  les poissons.

Coup d’œil sur l'actualité....

G :  Bien avant les pluies, nous avons observé une montée des eaux du lac Tanganyika, avec de nombreux dégâts, soit directement, soit liés aux crues des rivières ; il y a même des populations qui ont dû être déplacées parce qu’elles étaient privées de logement. Ce n’est pas la première fois, mais il semble que nous soyons dans un cycle long, avec une montée progressive des niveaux d’eau. Que pensez-vous de ce phénomène ? le changement climatique en est-il la cause principale ? 

M et M : En effet, le niveau d’eau du lac Tanganyika est aujourd’hui de plusieurs mètres plus haut qu’il ne l’était il y a quelques années, ce qui a ruiné les maisons et les moyens de subsistance de nombreuses personnes . Certains de nos amis à Kabwe et Sumbawanga nous ont dit que la crue est due au blocage de la rivière Lukuga par un glissement de terrain. Évidemment, cela est aussi dû à une quantité inhabituelle de pluie. Dernièrement, le niveau de l’eau a baissé d’environ un demi- mètre par rapport à son pic de mai de cette année . En 1988, lorsque Magnus est arrivé pour la première fois à Kabwe au lac Tanganyika, le niveau de l’eau était assez élevé, mais après seulement quelques années, il a baissé d’environ deux mètres et est resté bas pendant environ 10 ans. Maintenant, il est de quelques mètres plus haut que ce à quoi nous sommes habitués. Le changement climatique et ses causes sont toujours un sujet controversé. De toute évidence, une grande partie du changement climatique est liée aux activités humaines, mais une partie peut être naturelle.

Tempête pendant la crue du lac (photo Iwacu)
Variation de niveau du lac
Crue du lac dans le nord (photo Iwacu)

Photo du centre : niveau d’étiage en décembre 2004 à la station de plongée africaine, plus de deux mètres plus bas qu’en mars 2020 (image insérée), Magnus (African Diving) est visible sur la photo. La construction de la jetée de pierre a été un projet en cours pendant 13 ans (1990-2002), nécessitant des quantités massives de pierres, qui ont été apportées par les villageois dans des canoës et collectées par nos camions d’entreprise sur les sites de collecte à proximité (pierres éparpillées des champs et des bois recueillies par les collectionneurs en tas près de la route). La jetée mesure 60 mètres de long et 4 mètres de large en haut, deux fois plus large en bas. En savoir plus sur les hauts et bas niveaux d’eau du lac Tanganyika dans notre dernier article de blog : https://blog.africandivingltd.com/…/lamprologinipart-1…

G : Certains voient dans cette montée des eaux une véritable « catastrophe écologique » ( http://icaif.org/index.php/2021/05/03/catastrophe-ecologique-la-montee-des-eaux-du-lac-tanganyika / ) dont l’ origine n’est pas seulement le changement climatique ; qu’en pensez-vous ?        

M et M : Une montée des eaux de plusieurs mètres est une catastrophe pour les riverains du lac, mais pas forcément une véritable catastrophe écologique. Des exemples de ces derniers sont la pollution de l’ eau par les émissions industrielles (principalement près des grandes villes du lac – des substances toxiques ont été trouvées chez plusieurs espèces près de ces villes), la déforestation avec des sédiments et des déchets entrant plus facilement dans le lac (près de grandes agglomérations, principalement dans les extrêmes nord et sud), la surpêche et le déplacement et la translocation d’espèces de poissons naturellement endémiques vers une zone restreinte locale.

Protection des espèces menacées (Tanganyika) : approche générale

G :  L’objet de notre discussion est de parler de la protection des espèces plus vulnérables ou en voie de disparition  (poissons d’ ornement) du lac Tanganyika, ce qui implique que le danger peut provenir de menaces qui pèsent sur le lac ; peut-on rappeler les principaux types de menaces ? Le lac est-il en danger ?

M et M : Outre les quatre exemples de la réponse à la question précédente, les menaces pour le lac comprennent un climat plus chaud, le réchauffement de l’eau des couches supérieures du lac, ce qui entraîne une eau plus stagnante et entraîne moins de nutriments pour le plancton et moins de poissons. De plus, un lac plus chaud élargit la zone benthique pauvre en oxygène, ce qui entraîne une réduction des habitats propices au poisson et moins de poissons.

G :  En 1995, un travail remarquable a été réalisé sur « le contrôle de la pollution et les mesures pour protéger la biodiversité du lac Tanganyika : analyse diagnostique transfrontalière » ( https://iwlearn.net/resolveuid/9cac80c3b0fec145fa1f31284071d1ad ) ; Le lac a fait l’objet de nombreuses études , mais l’ADA est exceptionnelle dans sa démarche : elle associe étroitement les États riverains, elle traite non seulement la faune alimentaire mais aussi les poissons d’ornement et, enfin, elle a proposé un plan d’action concret , pays par pays. . . Plus de 20 ans plus tard , vous qui avez beaucoup travaillé sur le lac, comment pouvez – vous évaluer , pour les poissons d’ ornement, les principales modifications demandées par ce rapport ? Quelles sont les principales avancées ? Y a t il eu  des freins ?   

M et M : A la lecture de la question et à l’étude de l’article cité, on pourrait penser qu’il y a eu une grande amélioration en ce qui concerne la collecte des poissons de consommation et des poissons d’ornement. Cependant, cela (le lac et ses poissons) concerne aussi le bien-être des personnes, ainsi que les droits de l’homme, et quand c’est le cas, cela va généralement dans l’autre sens. Depuis 1995, il y a eu une forte augmentation du nombre de personnes vivant le long des lacs. À titre d’exemple, la population tanzanienne est passée d’environ 12 millions de personnes en 1967 à 44,9 millions en 2012. Dans la région des lacs à l’est du lac Tanganyika, le taux de croissance démographique annuel est de 4,8 %, l’un des plus élevés au monde. De nos jours, plus de gens que jamais collectent tous les types de poissons dans les lacs. Et, de plus en plus de personnes dans le monde demandent plus de poissons des lacs, à la fois des poissons de consommation et des poissons d’ornement. 

En Tanzanie, les infrastructures sont considérablement développées, avec des routes goudronnées jusqu’aux rives du lac, de nouveaux ports en ciment sont construits dans plusieurs villages et de nouvelles implantations sur les rives et près des lacs apparaissent « tous les jours ».De plus, la compagnie d’électricité tanzanienne, Tanesco, est actuellement en train de raccorder l’électricité  (en utilisant le réseau zambien) à la majorité des villages bordant le lac Tanganyika  (le village de Kabwe Vil et African Diving Fish Station ont été récemment connectées). De nos jours, la plupart des habitants de tous les villages riverains du lac ont des téléphones portables, ainsi qu’un accès à Internet, ce qui facilite évidemment la communication, simplifiant ainsi la logistique concernant la collecte et le transport du poisson du lac (Tanganyika) vers, par exemple, Dar es Salaam, où se trouve un aéroport international pour l’exportation vers le monde entier. De plus, de nos jours, il est facile de se procurer des masques, tubas, palmes et filets divers, puis d’attraper facilement des poissons dans des eaux peu profondes. Cet équipement, généralement des variantes bon marché en provenance de Chine, est vendu non seulement à Dar es Salaam, mais aussi dans les petits villages le long du lac. Bien sûr, le résultat est une diminution inévitable de toutes les populations de poissons.

 Au milieu des années 90, un projet norvégien sur le lac Malawi visait à doter tous les bateaux de pêche de la baie de Mbamba et des environs d’échosondeurs afin d’augmenter les prises de poissons. C’était une très bonne idée si vous voulez vider le lac de poissons, mais une très mauvaise idée si vous voulez préserver les cheptels. En 1995 et avant, les prélèvements de poissons de consommation et de poissons d’ornement étaient effectués par beaucoup moins de personnes, qui contrôlaient et savaient ce qu’elles faisaient. 

Si nous voulons préserver la faune et la flore des lacs, alors des mesures sévères doivent être prises, avec une application stricte de la réglementation. Pour commencer, il faut créer davantage de parcs nationaux le long des lacs, avec des sanctions ou des pénalités pour ceux qui enfreignent les règlements de ces parcs. Inutile de dire que les parcs nationaux ne sont pas des parcs d’attractions. Les jet-skis, le ski nautique et d’autres activités similaires et perturbatrices n’appartiennent pas à un parc national – n’appartiennent nulle part au lac Tanganyika – et tout tourisme devrait de préférence être de l’écotourisme. Dans les zones où la pêche est autorisée, un quota de capture doit être instauré (il existe probablement déjà, mais doit alors être plus strict), toujours avec des sanctions pour ceux qui ne respectent pas les règles. Concernant le commerce des poissons d’ornement, les personnes impliquées dans cette activité devraient être formées à certains sujets pertinents, notamment la conservation, mais aussi la biologie des poissons et certaines taxonomies des poissons (systématique). Idéalement, seuls ceux qui ont reçu une formation appropriée peuvent alors demander un permis de pêche et de commerce avec le poisson sauvage.

Relatif aux bénéfices des parcs nationaux : à l’heure actuelle, on peut observer divers débris de plastique (bouteilles, sandales, etc.) sur certaines plages, ce qui semble être un problème croissant autour du lac, ainsi que les filets fantômes dans les profondeurs. Idéalement, ces problèmes ne se produisent pas dans les parcs nationaux.

Palmier à huile..érosion (photo R Allgayer)
Dépot de mica (photo R Allgayer)

G : Vous plongez souvent et depuis longtemps dans le lac : avez-vous l’impression que la densité de poissons diminue ? que certaines espèces ont changé leur mode de vi

M et M :La densité de certaines espèces dans le lac Tanganyika a diminué, en particulier les espèces vivant dans des habitats sablonneux peu profonds, par exemple, Xenotilapia ochrogenys, X. singularis, X. melanogenys, Ectodus descampsii (et E. sp. « Descampsii Nord ») et Callochromis pleurospilus ( et C. sp. « Pleurospilus Tanzanie »). Dans la plupart des endroits près des agglomérations autour du lac, ces espèces ont disparu – elles sont localement éteintes. La capture est principalement effectuée par les habitants à l’aide de sennes de plage à mailles fines (interdites par le gouvernement tanzanien il y a plusieurs années), capturant même des poissons juvéniles et empêchant le rétablissement des populations, en particulier près des villages. En outre, équipés de masques, de tuba et de filets maillants, les habitants capturent également des poissons de consommation dans les habitats rocheux, ciblant des espèces telles que Petrochromis et Tropheus, comme l’ont rapporté Christian Sturmbauer et ses collègues en 2011. À plusieurs endroits, y compris Cape Mpimbwe, nous avons observé ce type de collecte de poissons destinés à l’alimentation et constaté la diminution des populations de poissons. Les populations de plusieurs autres espèces sont également réduites. N’importe qui le remarquera en plongeant dans le parc national des monts Mahale, où la pêche est interdite, y compris à 1,6 km au large. Dans le parc, il y a beaucoup plus de poissons de toutes espèces, comme les espèces Bathybates et Boulengerochromis microlepis, qui sont abondants dans le parc. De toute évidence, le problème de la disparition du poisson et de la surpêche n’est pas un problème local, limité au lac Tanganyika, mais un problème mondial.

Ectodus descampsii, Udachi,
Ectodus descampsii à Musi Point, île d'Ulwile, profondeur d'environ 5 mètres

G : Suivant une approche holistique, des « listes rouges » ont été établies, mais l’application est inégale ; pensez-vous que cet instrument est efficace ?    

M et M : Toute attention portée aux irrégularités est bonne, mais la Liste rouge et d’autres listes similaires semblent avoir un faible effet sur la protection des cichlidés des lacs.

G :   Les poissons d’ornement sont en grand nombre dans le lac, et certains amateurs se demandent si le danger de disparition est réel, une colonie fragilisée se rétablissant finalement assez rapidement dans ce lac,   véritable  ” mer intérieure ” … Comment montrer que la situation est grave ?    

M et M :

La collecte de la plupart des cichlidés ne peut être comparée à la collecte de la plupart des poissons comestibles, car ces derniers existent en populations et en quantités énormes, alors que les cichlidés existent en populations relativement petites, souvent endémiques à une zone petite et restreinte. Les populations de poissons comestibles de millions ou de milliards de spécimens sont difficiles à éradiquer, mais les populations de cichlidés peuvent ne pas comprendre plus de quelques milliers d’individus. Lorsque plusieurs pêcheurs de poissons d’ornement collectent chacun quelques centaines d’une certaine espèce ou variante, la population peut ne pas se rétablir, mais même si elle semble se rétablir, à long terme, elle peut encore disparaître en raison de la variation génétique fortement réduite en tant que résultat des collectes. Tropheus « Murago Tanzanie » est un bon exemple d’espèce/population qui a été collectée au bord de l’extinction, avec actuellement une variation génétique considérablement réduite. Tropheus duboisi “Maswa” est un autre assez bon exemple, bien que cette espèce se sente à l’aise dans les eaux plus profondes, généralement en solitaire , en couples ou en groupes de trois individus seulement, il est donc normal que l’espèce ne soit pas observée aussi fréquemment que ” Murago Tanzanie », vivant dans des populations plus importantes et dans des eaux moins profondes.

Protection des espèces menacées (Tanganyika) : approche détaillée

G :  Pour compléter ce tour d’horizon très général, vous êtes les interlocuteurs privilégiés pour faire un point sur les espèces particulièrement menacées ou en voie de disparition ; commençons  par Tropheus Duboisi Maswa … en danger critique d’extinction             

M et M :Lorsqu’il s’agit d’attirer l’attention sur la surpêche et le déclin des populations de poissons, il vaut mieux réagir de manière excessive que de ne pas réagir du tout – mieux vaut prévenir que guérir.

Tous les collecteurs de poissons d’ornement reçoivent à plusieurs reprises des ordres de leurs acheteurs pour collecter Tropheus duboisi, en particulier les variantes à large bande trouvées entre Malagarasi et Halembe, sans tenir compte de la bande un peu plus étroite de la variante Karago. Toutes ou la plupart des variantes à large bande sont parfois appelées Maswa, mais nous aimons restreindre la variante Maswa à la région de Maswa, c’est-à-dire entre les rivières Lugufu et Msehezi, ou plus strictement, entre les villages Kirando et Lubengela. Ici, la bande est la plus large. Voir plus dans notre article de blog, légendes de figues. 130–132 : https://blog.africandivingltd.com/2019/03/lamprologinipart-2.html

Il est difficile de dire avec certitude si le T. duboisi à large bande est en danger critique d’extinction, comme cela est souvent dit, car l’espèce se trouve naturellement de manière clairsemée dans des eaux un peu plus profondes. Cependant, si l’on combine une activité de collecte sans fin (une équipe de collecte termine à peine avant l’arrivée de la suivante) avec une occurrence clairsemée, il est probablement difficile pour l’espèce de survivre, il est donc probable qu’elle soit en danger d’une manière ou d’une autre. .

Toutes les variantes géographiques du T. duboisi à large bande sont également menacées, car les collecteurs doivent collecter à tous les endroits entre Maswa et Halembe pour atteindre le nombre de poissons pour lesquels ils ont des commandes, généralement quelques centaines. À un seul endroit, peut-être 10 à 20 spécimens peuvent être trouvés et collectés. En déplaçant le bateau de pêche vers l’ habitat voisin , 10 à 20 autres spécimens peuvent être collectés, et ainsi de suite.

Tropheus duboisi Maswa (photo R Allgayer)
Tropheus duboisi Maswa en aquarium (photo G Delfour chez un amateur)
Les roches blanchâtres de la pointe Maswa, situées entre les rivières Lugufu et Msehezi.
Tropheus duboisi Maswa premiere peche (photo d'époque)
Tropheus duboisi Maswa (photo African Diving)

Ces photos d’époque sont extraites de l’articles (voir sur ce site) ” la quete du Tropheus duboisi Maswa), Kirit Veitha

G :  Dans l’un de vos articles, vous avez lancé un véritable signal d’alarme pour Tropheus moorii M urago de Tanzanie : en danger critique d’extinction . Où en sommes-nous ? 

M et M : Nous ne sommes pas allés à Wampembe depuis plusieurs années, mais d’après ce que nous entendons, Tropheus “Murago Tanzanie” est à plusieurs reprises collecté par à peu près tous les pêcheurs actifs. Toute cette collecte à Wampembe est garantie d’avoir un effet négatif sur l’espèce/population.

La propagation contre la collecte de poissons rares est contre-productive, elle a l’effet inverse, avec plus d’amateurs, d’importateurs et d’exportateurs voulant acheter et collecter le poisson. Il semble que plus les poissons reçoivent d’attention, plus ils deviennent en danger. À ce stade, nous nous abstenons plutôt de dresser une liste des espèces et variantes les plus menacées. Même s’il faut le dire, découvrir et publier l’ensemble de la flore et de la faune du lac est important pour les recherches futures, et surtout pour la conservation.

Tropheus Murago Tanzanie
Tropheus Murago dans son habitat naturel, profondeur 5 m
Tropheus Murago Tanzanie

Ad Konings met en évidence le problème et les conséquences de la collecte du vulnérable Tropheus moorii “Murago Tanzanie” dans un récent éditorial sur le site Cichlid Room Companion ; http://www.cichlidae.com/section.php?id=279 En savoir plus sur cette variante de Tropheus sur African Diving Blog : « Tropheus moorii « Murago » et son équivalent de Tanzanie » : http://goo.gl/qP31y5

Photo de droite :

Vidéo sous-marine publiée sur YouTube ; Cichlidés du lac Tanganyika à l’état sauvage.

Une vidéo promotionnelle pour les articles Lakesite par African Diving Ltd est publiée sur Youtube. La vidéo présente le Tropheus moorii “Murago Tanzanie” récemment découvert avec la première séquence vidéo sous-marine du poisson. Également dans la vidéo, présentée pour la toute première fois, se trouvent le nouveau Petrochromis à joues oranges et le vif et tout aussi nouveau Tropheus sp. “Corps court” trouvé dans le biotope extrêmement peu profond et frappé par les surtensions. Le nouveau Chalinochromis cyanophleps est également présenté dans la vidéo. Images capturées en Tanzanie de mai 2007 à décembre 2008 .

Pour plus d’informations s’il vous plaît visitez;

http://www.africandivingltd.com ou accédez directement à la chaîne YouTube African Diving ; https://www.youtube.com/user/africandivingltd

G :  J’ai bien compris votre message..mais, puisque nous sommes entre nous,  il me semble interessant de parler d’autres espces. Ophthalmotilapia boops en danger critique d’extinction  

M et M : Cette variante, découverte par Wolfgang Staeck dans les années 1970 et mieux connue sous le nom de “Neon Stripe”, a été introduite dans le hobby à la fin des années 1980 comme étant limitée à l’île de Nkondwe dans l’archipel de Kipili, où elle est actuellement presque éteinte. Cependant, il est également présent dans les autres îles du nord de l’archipel, à savoir les îles Kamamba, Kasisi, Kerenge et Mwila, sans tenir compte de la très petite population et peut-être éteinte de cette dernière île. Probablement, O. boops “Neon Stripe” est loin d’être en danger critique d’extinction, mais avec une demande mondiale en constante augmentation pour le “Neon Stripe” sauvage, il pourrait bientôt le devenir.

Ophthalmotilapia boops "Jaune" à l'île de Kashia.
Ophtalmotilapie boops « Jaune » à Popo Point. Lorsque les mâles ne sont pas entièrement colorés, ils ont la même apparence que O. sp. « Ventralis Yellow Tanzania », trouvé plus au sud.

G :  Ophthalmotilapia boops ventralis en danger critique d’ extinction  ?

M et M : De toute évidence, il existe de nombreuses variantes plus populaires d’O. boops, ainsi que d’O. ventralis, qui peuvent être menacées si aucune restriction de pêche n’est introduite.

Ophthalmotilapia sp. « Nasuta Golden » à Wampembe, Tanzanie, profondeur d'environ 10 mètres.
Fraîchement récolté, Ophthalmotilapia ventralis à Kambwimba, sans le bonnet orange que l'on trouve sur la plupart des mâles de cette population.
Ophthalmotilapia sp. “Nasuta Golden” at Izinga Island
Capture d'écran de notre vidéo YouTube, « Cichlids du lac Tanganyika dans la nature », mettant en vedette Ophthalmotilapia ventralis à Bomani Point, au sud de la baie de Kasanga, voir plus ici : https://www.youtube.com/watch?v=xRFV5fogo4g#t=100
Ophthalmotilapia ventralis à Kafyoko Point, à environ 5 km au sud de la baie de Kasanga, dans le sud de la Tanzanie. Appelé le chapeau orange bleu vif, cette variante d'O. ventralis se trouve entre la baie de Kasanga et la rivière Kalambo.

G :  Enantiopus Kileza et Xenotilapia en danger critique…

M et M : La plupart des populations de Xenotilapia melanogenys, X. sp. « Kilesa », X. ochrogenys et X. singularis sont fortement surexploités, les espèces respectives étant en danger critique d’extinction.

G :     Petrochromis sp “red” en danger ?

M et M : Il s’agit d’une espèce à la vie très profonde, que l’on trouve principalement dans le parc national des monts Mahale, ainsi que dans la région de Lyamembe à l’extérieur du parc. Avec une occurrence naturelle à des profondeurs d’environ 100 mètres, nous ne considérerions pas cette espèce comme en voie de disparition.

Petrochromis sp. "Kazumbe" à Maswa Point, profondeur d'environ dix mètres.
Petrochromis sp "red" en aquarium (photo J Thierry)
Petrocromis sp "red" en aquarium (photo J Thierry)

Introduit dans la littérature allemande sur les cichlidés sous le nom de P. sp. “Kasumbe” de Peter Schupke (1984) et Jürgen Nack (1985), plus tard dans la littérature suédoise sur les cichlidés sous le nom de P. sp. « Kazumbe » de Bo Thurén (1985), cette espèce semblable à P. polyodon a été nommée d’après George Kazumbe, un collectionneur de poissons d’ornement anciennement employé par Aqua Products Ltd, Kigoma (Büscher, 2009 ; Vaitha, 2018). En effet, la version orthographique “Kazumbe” a été appliquée par le principal exportateur de l’espèce au milieu des années 1980, Aqua Products Ltd, ainsi que par plusieurs importateurs, dont Alfons Greshake’s Afrika Aquarium en Allemagne en 1985 (DATZ, 2/1985) , mais “Kasumbe” est d’abord devenu l’orthographe largement acceptée (voir l’article “la quete de duboisi Maswa sur ce site)

G :  Altolamprologus calvus jaune (en danger) 

M et M : De nombreuses variantes d’Altolamprologus calvus et d’A. compressiceps autour du lac sont collectées en continu. Dans certaines populations, il n’existe plus d’individus de taille normale, les plus grands spécimens observables ne mesurant que 5 cm environ, comme certaines des populations d’A. compressiceps dans la région de Kasanga, en Tanzanie

Altolamprologus compressiceps à Lwasase Point, profondeur d'environ trois mètres.
Altolamprologus calvus nouvellement récolté, Chaitika.
Altolamprologus compressiceps à Kalubale, dans le sud de la Tanzanie, à 7,5 km au sud de Kasanga. Les variantes dans le sud de la Tanzanie sont dans le passe-temps des poissons d'aquarium commercialisés sous le nom de « Gold Head ».

G :  Neolamprologus lelupi longior (en danger)

M et M : Pour autant que nous le sachions, Neolamprologus longior n’est pas en danger, il existe des populations saines de la variante jaune régulière se produisant de la région de Maswa au sud des monts Mahale. Ce n’est qu’à l’île de Karilani et dans les environs, où N. longior est collecté à plusieurs reprises, que l’espèce peut être considérée comme menacée.

Neolamprologus leloupi à Lyamembe. Auparavant, cette espèce était considérée à tort dans le hobby des poissons d'aquarium comme conspécifique avec N. caudopunctatus.

G :   Tropheus  Ilangi …

M et M : Selon Ad Konings, Tropheus Ilangi a été pêché dans le lac. Une grande partie du littoral zambien, y compris la région de la baie de Nkamba où ilangi se trouve naturellement, est un parc national, où la pêche est interdite, mais personne ne semble prendre cela au sérieux. Les visiteurs en Zambie, y compris les amateurs de cichlidés, se plaignent du manque de poisson sur tout le littoral zambien. Il est grand temps que la Zambie impose des réglementations de pêche strictes, avec des sanctions pour ceux qui ne s’y conforment pas.

Tropheus Ilangi yellow en aquarium (photo G Delfou)
Tropheus Ilangi orange en aquarium (photo G Delfour)
Tropheus Ilangi (photo G Delfour)

G :  A Il me semblait que les gestionnaires du parc de Sumbu avaient réussi à renforcer la sécurité de la baie de N’Kamba car les importations de T Ilangi ont pratiquement cessé en Europe depuis 2 ans environ…

M et M :Concernant le parc national de Nsumbu : Il est possible qu’il n’y ait pas autant de  Tropheus du parc de Nsumbu importés en Europe et en Amerique par rapport à ce qui ce faisait ‘il y a quelques années. Mais, comme nous l’avons écrit dans le texte, ce ne sont plus seulement quelques pays d’Occident qui reçoivent du poisson sauvage du lac Tanganyika. De nombreux exportateurs en Tanzanie expédient uniquement ou principalement vers des pays d’Asie. Le commerce des cichlidés sauvages du Tanganyika est peut-être en déclin en Europe et en Amérique, mais il augmente en Asie.

G :   Parmi les cichlidés, il y a d’autres  espèces qui, sans être en danger, sont  affaiblies, vulnérables  …

M et M :Probablement, les espèces les plus populaires qui sont fréquemment collectées pour le passe-temps sont en voie de disparition ou le seront éventuellement.

Protection : quel role pour les gens du lac ?

G : Je vous propose maintenant d’examiner les progrès possibles dans le renforcement de la protection en discutant du rôle des grands acteurs du secteur ; Commençons par « les gens du lac » qui sont les premiers concernés

G :  Pour les populations, le lac Tanganyika est une source de nourriture, une source de revenus, un moyen de transport avant d’être un trésor de l’évolution des espèces ; les pays riverains du lac doivent faire face à des défis redoutables avec des moyens limités, même si l’aide internationale est présente : dans ce contexte, pensez-vous que la protection des espèces peut être considérée comme une priorité urgente ?

M et M : Nous pensons qu’il est important de protéger les espèces biologiques à l’échelle mondiale. Mais, nous nous rendons compte que les gens du monde entier ont en général d’autres priorités, notamment laisser les espèces s’éteindre avant de sacrifier le bien-être humain à court terme. D’un autre côté, si les habitats naturels de diverses espèces ne sont pas occupés et endommagés par les humains, mais sont laissés seuls, alors les espèces qui les habitent peuvent se rétablir d’elles-mêmes. Cependant, avec une population humaine mondiale croissante qui n’a pas l’intention de vivre avec parcimonie (le Jour du dépassement de la Terre a lieu de plus en plus tôt chaque année), cela ne se produira pas. Jusqu’à relativement récemment, de nombreux Africains vivaient dans une sorte d’harmonie avec la nature, avec relativement peu de dommages, mais cela change de plus en plus, l’ensemble du continent adoptant un mode de vie plus consommateur, comme le reste du monde.

G :   Les autorités de ces pays sont conscientes de la valeur de leur patrimoine naturel, de leur faune et de leur flore, comme en témoigne l’organisation et la protection des parcs nationaux qui, par ailleurs, peuvent constituer un levier de développement économique. La préservation des poissons d’ornement pourrait-elle entrer dans ce cadre de protection légale, comme cela a été fait par exemple en Zambie (baie de N’Kamba, Tropheus Ilangi) ?   

M et M : À notre avis, les parcs nationaux ne protègent pas particulièrement bien leurs espèces de poissons. Le parc national de Nsumbu en Zambie, qui s’étend de la baie de Nsumbu à la rivière Lufubu, comprend de nombreux sites pour les espèces de cichlidés populaires, en particulier les variantes de Tropheus, dont beaucoup sont collectées et exportées régulièrement pour le loisir. Et, dans le parc national des monts Mahale en Tanzanie, le très populaire Tropheus “Doubleblot/Kirschfleck” est collecté régulièrement.

L'espace de stationnement pour bateaux à Ikola Village
Baie de Lyamembe : du côté nord se trouve la pointe de Mabilibili à la frontière du parc national des montagnes Mahale, et du côté sud se trouve le village de Lyamembe
Ngosa Point, en face de Musi Point, Ulwile Island.

G :   Sur les rives du lac Tanganyika, les pêcheurs-exportateurs sont les premiers acteurs concernés par la protection des espèces (poissons d’ornement) mais les priorités de la vie et les besoins à satisfaire sont importants. Pensez-vous que , face à une demande parfois forte, ces pécheurs puissent intégrer concrètement le besoin de protection des espèces  ?

M et M : Bien sûr, les gens doivent avoir un revenu décent, et la plupart des gens qui vivent sur les lacs vivent évidemment de la pêche. Cependant, pour que les générations futures puissent également vivre de la pêche, les populations de poissons doivent être protégées et les activités de capture doivent être contrôlées. En particulier, il est important de protéger et de contrôler les espèces de poissons menacées. Les pêcheurs et les exportateurs doivent trouver d’autres modes de vie que de collecter des poissons d’espèces menacées. Le bien-être d’une population humaine en croissance rapide est un argument douteux pour justifier l’extinction des espèces. Les espèces menacées ne peuvent être protégées que si des mesures strictes sont prises.

Filet monofilament mailles fines (photo R Allgayer)
L'espace de stationnement pour bateaux à Ikola Village.

G :  Ce monde de pêcheurs semble, depuis quelques années, relativement perturbé, avec une certaine incapacité à freiner les actions de pêche illégale et de braconnage pour répondre à la forte demande de certains pays. Vos contacts avec les exportateurs reflètent-ils cette situation ?   

M et M : Comme il semble, les collecteurs et exportateurs actuels ne cesseront de collecter et d’exporter des poissons qui sont demandés par les amateurs et les importateurs. Il appartient plutôt aux amateurs et aux importateurs de se tenir informés et d’arrêter de demander des poissons qui sont ou deviendront en danger. Probablement, ce sera finalement une question à résoudre par les autorités.

G :   Une façon de limiter les prélèvements de poissons sauvages serait d’installer des fermes d’élevage sur les rives du lac, élevage dans des bassins d’eau lacustre, comme cela a déjà été fait avec deux objectifs possibles : la reproduction en vue de la réintroduction ou pour l’exportation … que pensez-vous de cette solution ?   

M et M : C’est une très bonne idée d’élever des poissons dans les lacs dans le but d’exporter. C’est une très mauvaise idée d’élever des poissons dans le but de les relâcher dans le lac, à moins que ce ne soit le dernier recours pour sauver une espèce, et que cela soit strictement mené par des professionnels qui savent ce qu’ils font – ce n’est absolument pas pour des  amateurs. L’élevage de conservation avec des poissons destinés à être relâchés est une science, pas un passe-temps. Voir Tanganika Magazyn no. 18/2016, où nous expliquons les graves conséquences de la libération de poissons d’élevage dans la nature.

Les bassins du projet expérimental Horsfall

Photos  extraite de l’article (voir sur ce site) : un projet de reproduction sur les bords du lac Tanganyika (Louise Horsfall)

G :  J’insiste sur un point  acr il est souvent évoqué chez les amateurs: la réintroduction de poissons élevés dans ce milieu vous semble-t-elle une bonne solution et réaliste ? 

M et M : Les espèces de poissons peuvent être sauvées de manière très simple : arrêtez de les collecter. Si la nature est laissée seule, elle se rétablira assez rapidement. Penser que nous, les humains, devrions élever des poissons et les relâcher dans le lac pour sauver l’espèce est tout simplement illusoire. Cela fera probablement plus de mal que de bien. La recette réaliste pour conserver et protéger les populations de poissons est de pêcher avec modération, éventuellement avec l’introduction de quotas de capture.

G :   Un autre objectif de ces élevages serait d’exporter la reproduction, mais des freins semblent exister tant au niveau des exportateurs que des autres acteurs de la filière , y compris les amateurs : qu’en pensez-vous ?

M et M : L’élevage dans le but d’exporter est une bonne idée. Cependant, avoir accès à des poissons sauvages, et parfois obtenir des espèces inhabituelles, est une grande partie de ce qui motive le passe-temps. Si les poissons sauvages étaient complètement interdits, l’ intérêt pour le poisson diminuerait considérablement, ce qui aurait un effet très négatif sur la recherche, la conservation et la connaissance du poisson, ainsi que sur l’économie de la Tanzanie  .

Le magnifique rivage juste au nord du village de Molwe, dans le sud de la Tanzanie.
Localité type de Chalinochromis cyanophleps, à l'ouest du village de Namansi.

Protection : le role des importateurs

G :  Protéger est l’affaire de tous, sauf que pour avancer sur ce sujet difficile, chacun doit faire un pas… On peut dire qu’un importateur « fabrique » l’ offre  proposée aux amateurs, c’est une sorte d’ « influenceur » ; A votre avis, les importateurs dépassent-ils désormais leur rôle commercial ppour intégrer le souci de protection des poissons ?     

M et M : Les importateurs ont un rôle important à jouer en n’achetant pas d’espèces menacées ou d’espèces capturées illégalement, par exemple dans les parcs nationaux. Par ailleurs, les importateurs aux côtés des exportateurs ont la responsabilité de la sécurité des plongeurs. Des bateaux coulent, des bouteilles de plongée explosent (avec trois décès cette année), des plongeurs souffrent d’un mal de décompression, etc. Il est important que les importateurs aident à empêcher que cela ne se produise, par exemple en fournissant des équipements de plongée sûrs.

Trophée sp. « Mpimbwe », un juvénile dans les bas-fonds de Kansombo, situé à 10 km au nord du cap Mpimbwe. L'épithète « Red Eye » est attachée à cette variante.
. Découvert à Udachi en avril 1990, Tropheus « Golden Kushangaza » est une forme colorée de T. sp. « Mpimbwe » avec une anomalie pigmentaire (African Diving Ltd, 1990). La photo montre un individu à Udachi Point, à 5 mètres de profondeur
Udach Point, habitat naturel du Tropheus "Golden Kushangaza"

G : Lorsqu’un importateur achète un poisson sauvage, pensez-vous qu’il s’intéresse aux pratiques des pécheurs , qu’il demande des conditionss ? 

M et M : Le poisson sauvage ne devrait pas être bon marché. Ils ont une grande valeur pour une population forte et en bonne santé, et contribuent à une nature florissante. De plus, les plongeurs risquent parfois leur vie en les ramassant. Un prix plus élevé pourrait peut-être financer des assurances accident et maladie pour les plongeurs ?

G :   Les listes rouges doivent-elles s’imposer à un importateur ? Pour un poisson figurant sur une liste rouge (ou pêche interdite), quelle position prendre face à une proposition d’un exportateur ? Face à une forte demande client ?

M et M : Si une espèce/une variante de poisson est inscrite sur la liste rouge comme menacée, l’importateur doit, bien entendu, s’abstenir de l’acheter. Aucun revendeur sérieux ne fait le commerce d’espèces menacées. La violation des règles de la Liste rouge devrait entraîner de lourdes peines, voire des peines d’emprisonnement.

G : Un importateur peut-il accepter d’importer des poissons d’étang élevés sur les rives du lac ?   

M et M : Les espèces de poissons menacées, ou les espèces capturées de manière non durable, ou impliquant des irrégularités, ne devraient pas être disponibles à l’état sauvage, mais uniquement en lac.

Tropheus duboisi sub adultes
Jeunes Tropheus dubloisi

Ces photos sont extraites de l’article (voir sur ce site) : un projet de reproduction sur les bords du lac Tanganyika (Louise Horsfall)

G :  L’importateur, généralement un grossiste, influence le choix des amateurs ; beaucoup mettent en avant les sauvages ; Quid de l’idée, au contraire, de proposer d’abord des poissons d’élevage s’ils sont de qualité ?

M et M : Le poisson d’élevage devrait être le premier choix de la plupart des amateurs. Ces poissons conviennent parfaitement à 99% des amateurs. En premier lieu, les professionnels et les amateurs avancés devraient avoir accès au poisson sauvage, qui devrait coûter plus cher qu’aujourd’hui, avec le résultat évident que moins de poissons sauvages seront collectés.

G :   Dans certains pays, la législation permet à un importateur qui vend du poisson sauvage de reprendre ensuite l’élevage auprès d’amateurs sérieux ; cette organisation permet de limiter les prélèvements d’animaux sauvages et contribue à promouvoir un poisson d’élevage de qualité . Que pensez-vous de cette organisation ?

M et M : C’est une assez bonne idée que principalement les amateurs expérimentés et sérieux  reproduisent du poisson sauvage coûteux dans le but de fournir des poissons juvéniles et sub adultes aux amateurs moins spécialisés. Les amateurs avancés et les éleveurs professionnels peuvent se permettre de payer un prix plus élevé pour le poisson sauvage, surtout s’ils savent que les amateurs réguliers achèteront les juvéniles au lieu du poisson sauvage des lacs.

G :  En l’absence de législation pour un pays ou une zone géographique (Europe par exemple), les grands importateurs pourraient-ils promouvoir conjointement les bonnes pratiques (conventions, etc.) permettant de respecter les espèces menacées ?  

M et M : Bien sûr, peut-être que les plus gros importateurs ensemble peuvent abolir la collecte d’espèces menacées, mais une meilleure façon, si vous voulez des résultats, serait d’interdire le commerce de ces espèces menacées, en combinaison avec une punition réelle et dissuasive pour ceux qui ignorer l’interdiction.

G :  En 2018, le propriétaire d’un grand magasin de poissons exotiques français (importateur) s’est rendu au lac Malawi pour préparer ses achats auprès des pêcheurs exportateurs ; avant de partir, il a lancé une campagne de dons, en nature ou en fournitures scolaires (pour les écoles) qui a suscité une grande participation d’amateurs ; c’était une façon de redonner un peu à cette Afrique qui fait tant plaisir. Que pensez-vous de cette initiative ?         

M et M :  Cela semble être une bonne initiative.

Quel role pour les amateurs et leurs associations ? Comment faire évoluer leur comportement ?

G :   Parlons maintenant du côté des amateurs… Pour vous, qu’est-ce qu’un bon aquariophile amateur ? 

M et M : Quelqu’un qui connaît un peu la biologie des poissons, leur donne la bonne nourriture et les garde dans un aquarium agréable et bien entretenu, avec un décor qui reflète l’environnement naturel de l’espèce. Évidemment, le bien-être des poissons est une priorité absolue. Soit dit en passant, les lois de l’UE contiennent tous ces points, et plus encore.

G :   Dans un de vos articles, à propos de Tropheus Murago Tanzanie vous lancez une sorte de cri d’ alarme adressé aux  amateurs : pourquoi eux  seuls ? Pensez-vous qu’ils devraient  mieux « résister » aux offres commerciales ?

M et M : Nous avons découvert Tropheus « Murago Tanzanie » en 2008 et avons écrit un article à ce sujet dans Ciklidbladet en 2012. Dans l’article, nous avons informé que la variante était constituée d’une très petite population, et que nous ne voulions pas qu’elle soit collectée pour le passe-temps, par conséquent, nous n’avons pas révélé l’emplacement de son habitat naturel dans l’article. Malheureusement, l’emplacement a été révélé par d’autres et une activité de collecte sans fin a commencé, aboutissant finalement à une population avec une dette d’extinction probable – une population mourante.

G :  Pour de nombreux passionnés, garder les poissons sauvages reste « un must » : pensez-vous que c’est essentiel pour le plaisir d’un aquariophile ? Peut un amateur prendre tant de plaisir à maintenir beau poisson d’ élevage ? 

M et M : Les poissons d’élevage devraient être le premier choix des amateurs ordinaires, pas les poissons sauvages. Les poissons d’élevage conviennent parfaitement à la plupart des amateurs.

Trophée cf. moorii "Red Rainbow" à Kalubale, au nord de Kambwimba
Présentant des teintes orangées et une nageoire dorsale rougeâtre, Eretmodus marksmithi de Kansombo a été exporté pour la première fois par African Diving en 1991
Cunningtonia longiventralis sur l'île de Nausingili, archipel de Kala.
Cyphotilapia gibberosa à Lupote Rocks, Lac Tanganyika, Tanzanie
Cyphotilapia embelli en bleu Le premier Cyphotilapia bleu collecté par nos soins (découvert et collecté à lui seul par Jörgen Lundblad, co-fondateur d'African Diving) était la variante de la petite baie de Kansombo (Kansombo Ndogo Bay). Le site, situé à 5 km au nord de Kabwe ), était l'un de nos sites de collecte fréquents fin 1989.

G :   Les amateurs vous semblent-ils suffisamment proches du lac, de ses réalités ?

M et M : Tout comme des connaissances de base en biologie et en conservation devraient être requises pour les collectionneurs, les amateurs de poissons sauvages devraient avoir une certaine connaissance de la biologie et de l’habitat naturel du poisson. La plupart des amateurs avancés satisfont déjà à ces exigences, mais les amateurs les plus ordinaires devraient étudier les sujets.

Bulu Point, côté nord.
Udachi avec le village de Kabwe en arrière-plan à droite.
Côté nord de la baie de Katabe, juste au sud de Kigoma, en 1987.

G :  Les amateurs sont de plus en plus conscients de la nécessité de protéger les espèces mais, selon vous, sont-ils prêts à poser un geste concret pour passer des paroles aux actes ?   

M et M :Il ne semble pas que ce soit le cas, quelques exemples sont Tropheus « Doubleblot/Kirschfleck », Petrochromis « Texas » et Xenotilapia spiloptera « Yellow Top », présents uniquement ou principalement dans les limites du parc national des monts Mahale, mais les poissons sauvages de ces espèces sont toujours demandés par de nombreux amateurs.

G :  Les organisations d’amateurs, parfois des associations nationales, ont joué un rôle important dans la promotion et la connaissance des cichlidés et autres poissons d’ornement sous forme naturelle. Pourtant, les années passionnantes de découverte sont passées et, sous l’influence d’Internet notamment, ces structures éprouvent aujourd’hui quelques difficultés à motiver leurs membres ; Un message pour eux ? quelles seraient les pistes intéressantes ?          

M et M :Correct, les amateurs et leurs organisations , y compris leurs magazines membres, ont été la force motrice pour rendre les cichlidés populaires. Les pionniers qui ont voyagé dans les lacs dans les années 1970 et 1980, ont photographié les cichlidés et écrit plusieurs articles et livres à leur sujet, dont Wolfgang Staeck et Ad Konings, entre autres, qui travaillent tous les deux maintenant, sont particulièrement responsables de la popularité des cichlidés. occasionnellement ou régulièrement, pour promouvoir la conservation des cichlidés. Les amateurs doivent les écouter et soutenir leur travail. 

Quelques mots rapides sur l'évolution de l'aquariophilie...

G :   Avant de clore cet échange, essayons de nous projeter un peu… L’aquariophilie de poissons d’ornement (forme naturelle) est une passion individuelle de possession ; en ce sens, elle s’opposera progressivement au mouvement écologique sur la garde d’animaux sauvages : comment voyez-vous l’évolution de cette situation ? 

M et M : En général, nous ne soutenons pas la détention d’animaux sauvages en captivité . Peut-être qu’on peut être un peu tolérant quand il s’agit de pêcher, mais le principe est toujours le même. Les amateurs ordinaires n’ont pas besoin de garder des poissons sauvages. Le développement de cette question est susceptible d’aller dans le sens d’une interdiction de capturer des animaux vivants à des fins de plaisir humain. Davantage d’espèces seront probablement menacées et protégées à terme, et davantage d’aires protégées seront probablement délimitées, y compris des parcs nationaux interdisant la collecte d’animaux sauvages (y compris les poissons) et d’autres formes d’intervention. Cependant, ceux qui gardent des animaux sauvages en captivité (y compris des poissons) doivent donner la priorité au bien-être des animaux.

G :  Si l’on pouvait « rationaliser » la collecte de poissons sauvages, un aquarium de poissons d’ornement essentiellement basé sur des poissons d’élevage vous apparaîtrait-il comme une solution susceptible de convaincre certains mouvements écologiques ? (le poisson deviendrait un animal quasi domestique ..)        

M et M : Le poisson d’élevage est la seule solution sensée à long terme, peut-être à l’exception du poisson sauvage pour un petit nombre d’amateurs avancés ou de professionnels. Garder du poisson sauvage n’est pas pour tout le monde, et  tout le monde ne peut pas collecter des poissons sauvages dans le lac.

G :  De manière générale, l’aquariophilie s’est développée autour d’une passion forte, d’un réel plaisir, d’un accroissement des connaissances, dont la source se trouve, en partie, en Afrique : nous avons profité des ressources naturelles de ces pays et la question  ne peut manquer de se poser : y a-t-il eu un « retour » suffisant ? Pour la décennie à venir, les acteurs de la filière aquariophile peuvent-ils se dispenser de proposer, lors de certaines actions (par exemple l’importation de poissons sauvages), des aides financières aux pêcheurs, aux organisations qui participent à la protection des poissons et aux pays d’origine ? Un retour pour  cette Afrique qui nous donne tant ?     

M et M :

  1. Surexploitation : Moins de poissons doivent être collectés, étant donné qu’ils sont maintenant envoyés partout dans le monde, ce n’est pas seulement vers quelques pays occidentaux comme c’était le cas dans les années 1960 et 1970. Il ne restera aucun poisson dans le lac à moins que la chasse ne cesse ou ne commence à être contrôlée.
  2. Espèces de poissons menacées : Des poissons menacés sont collectés, malgré le fait que plusieurs avertissements aient été émis pour qu’ils ne soient pas collectés, tels que Tropheus duboisi « Maswa » et Tropheus « Murago Tanzania », et bien d’autres. De toute évidence, cette responsabilité vis-à-vis des poissons en voie de disparition ne peut être attribuée principalement aux collecteurs et aux exportateurs, ni aux importateurs et aux amateurs car ils ne prennent pas les problèmes au sérieux (peu importe si une petite élite d’amateurs, d’importateurs et d’exportateurs est sérieuse et bien informée si une majorité écrasante ne l’est pas) ; la responsabilité doit plutôt incomber aux autorités des pays importateurs et exportateurs.

3. Poissons déplacés : Certaines espèces de poissons endémiques à une zone locale sont déplacées à travers le lac par des collecteurs qui ne réalisent pas l’effet dévastateur que cela peut avoir sur la future faune de cichlidés du lac Tanganyika. En particulier, Tropheus « Kaiser/Ikola », Tropheus « Red Rainbow », Tropheus « Doubleblot/Kirschfleck », ainsi que les Tropheus zambien et congolais, peuvent actuellement être observés dans de nombreux endroits en Tanzanie où ces espèces ou variantes ne sont pas présentes naturellement. Ce phénomène existe depuis que les cichlidés ont été collectés dans le lac Tanganyika, mais dans les années 1980 et 1990, probablement aussi plus tôt, il était assez marginal et peu dangereux. Au cours des 20 dernières années, il semble avoir beaucoup augmenté. Deux effets possibles des poissons déplacés et déplacés sont qu’ils supplantent et/ou s’hybrident avec les espèces indigènes, cette dernière situation ayant été souvent observée.

  4 Parcs nationaux : L’activité de collecte se déroule dans les parcs nationaux.Cela n’est pas conforme à la Convention de Washington (CITES) et ne doit pas continuer.

 5 La sécurité et la sécurité sociale des plongeurs : Les importateurs et les amateurs demandent des collections de poissons rares et difficiles à capturer (habituellement vivant en profondeur), mais de nombreux importateurs et exportateurs ne prennent pas la responsabilité de la sécurité et de la sécurité sociale des plongeurs. Des bateaux coulent, de vieilles bouteilles de plongée explosent, des plongeurs ont le mal de décompression, etc. Les exportateurs, les importateurs et les amateurs doivent être conscients des dangers de la collecte de poissons dans le lac, souvent en eau profonde. Le prix du poisson doit être proportionnel au travail, et le prix plus élevé doit également profiter aux plongeurs, pas seulement aux exportateurs.

 6 Stations d’élevage au lac : En général, l’élevage de poissons aux lacs est une bonne idée. Ces poissons doivent être exportés vers des amateurs, absolument pas relâchés dans la nature, ce qui fera plus de mal que de bien. Relâcher des poissons élevés et domestiqués dans la nature dans le but de rétablir ou de renforcer une population est réservé aux biologistes de la conservation formés, qui savent ce qu’ils font – ce n’est absolument pas pour les amateurs. De plus, les autorités compétentes doivent être impliquées.

Après avoir lu nos réponses à ces questions, on peut avoir l’impression qu’il y a des problèmes très sérieux et imminents avec la collecte de cichlidés dans le lac Tanganyika, ainsi que dans le lac Malawi. Très probablement, ces problèmes sont réels, ou le seront éventuellement. Cependant, par rapport aux défis auxquels le monde est confronté aujourd’hui, avec les vagues de chaleur extrêmes dans les villes densément peuplées, les forêts en feu, la déforestation, la fonte des glaces, les inondations des villes, l’extinction des pollinisateurs, l’épuisement des océans à cause de la surpêche, etc., les problèmes liés au lac Tanganyika et ses cichlidés semblent assez modestes.

Un individu de couleur mutante de Neolamprologus brevianalis avec des nageoires pelviennes teintées d'orange a été trouvé dans la baie de Mtosi.
Neolamprologus caudopunctatus à Chiloelo Point, profondeur 12 mètres.
Cyprichromis leptosoma

Remerciements...

G :  Notre échange se termine ; sur ce sujet qui est à la fois compliqué et parfois délicat, il était important d’avoir votre avis en raison de votre large expérience,  de vos solides competences, de vos années passées au lac et de vos reflexions empreintes d’un recul salutaire.Je  ne doute pas que nos lecteurs seront captivés, sans oublier vos photos et vidéos que vous avez mises à notre disposition. Je me joins à eux pour vous remercier de votre participation.     

M et M : Merci de l’intérêt que vous portez à notre avis, et merci pour votre initiative dans ce projet. Éclairer les circonstances du moment sur la collecte des cichlidés du lac Tanganyika est important pour les futurs travaux de conservation.

Tropheus sp "Kaiser" à quelques metres de la plage...
Coucher de soleil à African Diving Fish Station, lac Tanganyika, la vue s'étend vers l'imposante chaîne de montagnes de la RD Congo de l'autre côté du lac.

Le post de présentation de l’article reprend tous les liens cités dans le texte.